Avertissement aux écoliers et lycéens

Article paru dans Les Plumes de LAIA n° 20


J’avais déniché ce petit livre dont le titre m’avait intrigué dans une librairie-café perdue en Centre Bretagne. L’auteur m’était inconnu, et le petit livre s’est égaré dans ma bibliothèque avant que je ne le lise. Je l’ai retrouvé cet été, à la recherche d’une lecture pour alimenter cette rubrique des Plumes de LAIA. Une plage du Finistère sous le soleil et un traité de philosophie : la lecture m’a parue bien ardue, quoique peu longue, aux antipodes de mes lectures de vacances habituelles. Je me suis accrochée et ai mis des repères sur ce qui faisait écho en moi, puis oublié cette lecture dont je ne savais que dire. Je ressors aujourd’hui ce petit traité révolutionnaire et, finalement, mes notes me semblent faire sens pour des parents ayant fait le choix de l’instruction en famille.
Raoul Vaneigem, écrivain, révolutionnaire et médiéviste belge, fait une critique sévère de l’école et prône la seule éducation qui vaille : celle qui conduit à l’autonomie. Il accuse l’État de garder une vision rétrograde de l’enseignement, alors que l’éducation évolue dans le bon sens dans les familles. Pour lui, « la connaissance du monde sans la conscience des désirs de vie est une connaissance morte. Elle n’a d’usage qu’au service des mécanismes qui transforment la société selon les nécessités de l’économie ». Les réponses que l’école veut donner à l’enfant arrivent trop tard, quand celui-ci a déjà perdu sa curiosité naturelle, alors « à quoi s’attendre quand le cœur n’y est plus ? » L’enseignement se fait donc sous la menace de l’oppression, et lorsque l’école ne stimule plus le désir et ne vise qu’à servir l’économie, elle laisse place à l’agressivité : « la brute arriviste, l’emportant sur l’être sensible et généreux ». Raoul Vaneigem en conclut abruptement qu’« il n’y a pas d’enfants stupides, il n’y a que des éducateurs imbéciles ». Il serait « regrettable que l’État cesse de s’inspirer de la communauté familiale » dans laquelle les relations basées sur la compréhension, l’affection et l’autonomie progressent. L’auteur met en évidence de grands principes pour aller vers une école libérant « l’enseignant d’une tâche ingrate [ndla : répétition pour mémorisation des savoirs classiques] pour qu’il puisse se consacrer à l’essentiel », à savoir « aider à la formation d’individus autonomes ». Je m’étonne de voir les gouvernements, d’année en année, réduire toujours plus le nombre d’adultes présents auprès des collégiens ; l’auteur, lui, pose un préalable à « la condition de l’apprentissage humain : augmenter le nombre d’enseignants et diminuer le nombre d’élèves par classe, de sorte que chacun soit traité selon sa spécificité et non dans l’anonymat d’une foule ».

Kristin Leroy

Avertissement aux écoliers et lycéens, de Raoul Vaneigem (Mille et une nuits)
Ouvrage également disponible sous format numérique.

 

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.