Enseigner ce que l’on ne connaît pas

Dossier paru dans Les Plumes n° 42

Un parent non enseignant ou non diplômé de l’enseignement supérieur peut-il instruire son enfant ? La réponse est évidente pour qui connaît l’instruction en famille : bien sûr ! Car ce n’est pas tant le niveau d’instruction de celui qui accompagne l’enfant que son degré d’implication auprès de l’enfant qui favorise les apprentissages. Dans ce dossier, il est certes question de transmission de savoirs, mais surtout d’aide à l’apprentissage. En effet, l’instruction à domicile ne se limite pas à une transmission verticale des connaissances : il s’agit plutôt d’apprendre ensemble, d’apprendre dans le monde et surtout d’apprendre à apprendre. Pour instruire un enfant, il faut avant tout faire preuve d’humilité et de curiosité, et les parents non scolarisants l’ont bien compris. Ce dossier est comme une synthèse des savoir-faire parentaux qui met l’accent non sur un domaine en particulier mais sur les pratiques encourageant les apprentissages. Chaque dossier pédagogique présenté jusqu’à maintenant dans le magazine fourmille d’exemples quant à l’ouverture et la créativité dont font preuve les familles pour instruire leurs enfants dans les divers domaines, depuis les premières années jusqu’au baccalauréat. Celui-ci se voulait plus généraliste afin d’inviter à une prise de conscience quant aux qualités fondamentales de tout accompagnant éducatif : il n’est pas nécessaire de savoir, mais il est primordial d’être présent, attentif et en recherche constante de nouvelles choses à apprendre.


Se “déscolariser”

Après la déscolarisation de son fils, Lise a découvert une nouvelle façon d’apprendre, modifiant peu à peu son rapport aux apprentissages et sa vision de la relation enfant/adulte.
Sortir du schéma élève/maître […], Les maths pour les nuls […], Maman, pas maîtresse ! […], Changer de paradigme […] .

Des personnes-ressources
Cécile a su trouver dans son entourage amical ou plus élargi des personnes prêtes à partager leurs compétences avec ses enfants et ce, dans des domaines aussi pointus que la création de musique électronique ou la pâtisserie. Elle souligne l’importance d’oser demander autour de soi.
L’anglais et le tricot avec des voisines […], La musique avec un DJ […], La pâtisserie avec une chef-pâtissière […], Une association d’artisans […].

Apprendre ensemble
Chez Lise, l’instruction en famille ne se résume pas à transmettre un savoir : c’est avant tout faire de la place à la curiosité pour que ses quatre enfants âgés de 5 à 12 ans puissent apprendre à apprendre.

Des ressources inspirantes
Isabelle a à cœur d’accompagner ses fils dans leurs apprentissages de manière adaptée à la personnalité de chacun. Au fil des ans, elle a privilégié les supports qui donnent envie d’apprendre, tout en mêlant jeux, loisirs et vie quotidienne, des premières années jusqu’aux révisions pour le baccalauréat. Et lorsqu’il s’agit de domaines qu’elle ne maîtrise pas, elle apprend avec plaisir aux côtés de ses fils.
Konos comme trame d’apprentissage […], Des supports adaptés […], Apprendre ensemble […], Parler et parler encore […], Asseoir les connaissances de façon ludique […], Des lectures inspirantes […], Les ressources autour de nous […], La préparation du baccalauréat […].

Tous azimuts !
Maman de deux jeunes enfants, Christelle s’appuie sur plusieurs sortes de ressources lorsqu’elle ne connaît pas les réponses aux questions de ses enfants.

Les livres, une mine d’or parfois oubliée
Il n’y a pas qu’Internet pour répondre aux questions ! Chez Alix, ce sont principalement les livres, avec une prédilection pour les bandes dessinées et les mangas, qui jouent les professeurs. Soigneusement choisis et lus avec avidité, ils sont parfois complétés par un support parascolaire.
Sens et cohérence des apprentissages […], Premiers pas avec les premiers mots […], Des bandes dessinées comme manuels scolaires […], Les sciences en dessins […], Aborder la physique et les mathématiques […], Trouver le bon support pédagogique […].

Apprendre à chercher
Alison nous explique que, bien qu’ayant fait de longues études, elle ne peut répondre à toutes les questions de ses filles. Elle a donc choisi de mettre l’accent sur l’ouverture, la recherche et l’autonomie pour apprendre sans limites.
Apprendre à trouver l’information […], Les langues étrangères […], Des cours et des ateliers […], S’ouvrir à toutes sources d’apprentissages […].

Baccalauréat en vue !
Lorsque son fils, âgé de 16 ans, a souhaité passer le baccalauréat, Rachelle a recherché comment l’accompagner au mieux afin qu’il intègre les codes scolaires nécessaires. Elle s’est alors tournée vers diverses ressources et personnes.
L’assurance face aux inquiétudes […], Soutenir malgré les souvenirs […], Quelques mois chaotiques […], Entraide et complémentarité […], Accompagner vers l’autonomie […].


Encadrés

Zoom sur le programme Konos
Des ressources pour le baccalauréat
L’apprentissage est spontané et ne nécessite pas la présence d’un enseignant : l’expérience “Le trou dans le mur” de Sugata Mitra
L’OCDE le recommande : discutez avec vos enfants ! (enquête PISA)
L’accompagnement éducatif plus influent que la catégorie socio-professionnelle (études PISA)
Le niveau d’études des parents non scolarisants n’est pas un frein pour celui de leurs enfants (résultats d’études anglosaxones)

Taggé , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.