Totto-Chan, la petite fille à la fenêtre

Article paru dans Les Plumes n° 16


À  Tokyo, au début des années 40, Totto-chan est une petite fille curieuse, pleine de vie. Une petite fille de 6 ans qui va à l’école pour la première fois et dérange sa maîtresse : elle gigote, joue avec son pupitre, court à la fenêtre voir ce qu’il se passe dehors et interpelle les passants sur le trottoir. Elle est renvoyée et va alors découvrir une école pas comme les autres… Ce petit roman autobiographique est traduit du japonais. L’auteure est une célèbre présentatrice de télévision au Japon. Elle nous offre son témoignage pour rendre hommage au directeur de Tomoe, l’école où la petite Totto-chan ne sera plus vécue comme une personne dérangeante, mais pourra s’épanouir et grandir. Le récit, qui semble bien souvent naïf, se place du point de vue de l’enfant à partir des souvenirs de Tetsuko Kuroyanagi. Chapitre après chapitre, les petits évènements quotidiens de la vie de Tomoe sont décrits. L’auteure s’attache à nous faire sentir combien elle s’est sentie comprise, enfant, par M. Kobayashi, le directeur, et combien elle a été heureuse à Tomoe. Combien celui-ci avait un regard neuf, différent, sur la pédagogie : leçons de vie, prise en compte des besoins et des différences de chacun, respect du rythme des enfants, écoute de la parole de l’enfant… Quelque chose de bien alternatif pour cette époque au Japon et qui le serait encore de nos jours, ici comme là-bas. On ne parle pas de unschooling dans ce livre et pourtant sa lecture m’a fait penser à Libres Enfants de Summerhill, d’A. S. Neill, même si le parti pris du récit d’enfant empêche de verser dans le traité pédagogique.  Je me suis posé la question du lectorat : à partir de quel âge ce témoignage peut-il plaire ? Il est possible que les tout jeunes lecteurs en instruction en famille prennent plaisir à ce récit d’une scolarité d’un autre genre. C’est donc à lire de 7 à 77 ans. Cerise sur le gâteau : les locaux de cette drôle d’école sont des wagons de train réaménagés en salles de classe et bibliothèque. Le dernier mot est pour M. Kobayashi : « Ne transformez pas les enfants pour qu’ils rentrent dans un moule. Laissez-les s’épanouir naturellement. Leurs rêves dépassent les limites de vos projets éducatifs. »

Kristin Leroy

Totto-Chan, de Tetsuko Kuroyanagi (Pocket Jeunes Adultes)

 

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.